L’avenir de l’architecture: tendances et défis

Entretien avec 3 experts pour discuter de l’architecture future et des défis qui ne pourront être surmontés dans les prochaines années

Où l’architecture va-t-elle nous mener dans un futur proche ? Comment l’évolution de la société l’influence-t-elle ? Nous avons posé la question à Gonzalo Pardo, architecte et enseignant à l’université Polytechnique de Madrid, Guillermo López, du cabinet d’architecture MAIO (New York et Barcelone) et l’architecte Manuela Fernández Langenegger, qui travaille à Milan. Ils nous ont notamment parlé développement durable, approche inclusive et espace public.

l'architecture

Par miba architectsTrouvez plus de photos de maisons

1. Une architecture qui pense à l’environnement

La question du changement climatique est au cœur de nos enjeux sociétaux. Elle touche donc naturellement l’industrie de l’architecture, où elle est même devenue incontournable.

Les nouvelles directives européennes exigent que tout logement construit en Europe après 2020 soit très basse consommation (proche du zéro). « L’architecture a été bien lente à suivre le mouvement, mais aujourd’hui les mesures se multiplient », affirme Gonzalo Pardo.

l'architecture

Par re-activa arquitecturaRecherchez plus de photos de façades de maisons

Les techniques de construction tiennent de plus en plus compte de la nécessaire protection de l’environnement. « On envisage aujourd’hui davantage le projet architectural sous un angle thermodynamique. Le but : réduire la consommation d’énergie, pendant et après la phase de construction », explique Gonzalo Pardo.

Les nouveaux bâtiments intégreront un système d’économie d’eau, des appareils peu voraces en énergie et une meilleure isolation. « Tout ce qui relève de la prise en compte de facteurs de base tels que la lumière du soleil et le vent sera davantage exploité », poursuit-il. Une seule ambition : réduire l’empreinte carbone de chaque bâtiment.

Réalisation par AR Design Studio LtdDécouvrez plus de photos de couloirs

2. Recycler et réutiliser : « du berceau au berceau »

Les principes de l’économie circulaire sont de plus en plus appliqués à l’architecture, dans le but de diminuer l’impact environnemental des constructions.

La construction et la démolition produisent à elles seules entre un tiers et la moitié des déchets solides des pays développés.

L'avenir de l'architecture

Par AMA Arquitectura y Medio Ambiente s.l.Trouvez plus de photos de façades de maisons

Jusqu’ici, le procédé de construction était pensé et mis en œuvre de façon linéaire : produire, construire, utiliser et jeter ou démolir. Une manière de faire qui consomme beaucoup d’énergie et de ressources naturelles, mais génère également des quantités astronomiques de détritus.

L’économie circulaire repose sur « un modèle C2C (cradle to cradle, ou “du berceau au berceau”, NDLT). Il s’agit principalement de tirer parti et de réutiliser tout ce qui, sur le chantier, est identifié comme du déchet, ainsi que d’utiliser un minimum de ressources naturelles, et ce, à toutes les phases du projet de construction », résume Gonzalo Pardo.

Par DTR_studio arquitectosDécouvrez plus de photos de salons

De nombreux fabricants proposent déjà des matériaux de construction à cycle de vie circulaire justement : second œuvre, revêtements, enduits… composés de matériaux recyclés comme les pneus ou le verre ; des panneaux isolants en rebut de liège broyé ; de la ouate de cellulose obtenue à partir de journaux et détritus papiers de l’industrie. Construire à l’aide de matériaux naturels (la paille ou la brique par exemple) génère moins de déchets car ces dernières peuvent être recyclées et réutilisées. À la clé, des chantiers et des maisons moins gourmands en énergie et en ressources naturelles.

Par Egue y SetaTrouvez plus de photos de salons

3. Rénovation : 1 – Démolition : 0

Les bâtiments anciens ou désaffectés peuvent se muer en structures avant-gardistes, être réhabilités pour une nouvelle vie ou transformés en logements contemporains. Cette année, les démarches de recyclage se multiplient dans l’industrie de la réhabilitation.

« Cette dernière se développe dans un contexte de crise économique », analyse Gonzalo Pardo. « La motivation première est souvent financière : plutôt que d’acheter un nouveau bien, les propriétaires préfèrent rénover le leur. »

Par ÁBATONDécouvrez plus de photos de façades de maisons

Dans une société où le réflexe a longtemps été celui de la destruction, plus que celui de la préservation ou de la transformation, l’évolution des mentalités pose un double défi aux architectes. Recycler implique tout d’abord des travaux de conservation et de rénovation dans la droite ligne de la tradition. La démarche doit aussi ajouter de la valeur aux bâtiments et les adapter aux besoins et habitudes de l’époque.

Réalisation par arnouva elanándezTrouvez plus de photos de jardins

Manuela Fernández Langenegger, qui travaille à Milan, définit la rénovation comme « une façon d’approcher la construction d’un point de vue plus écologique et durable ».

« L’espace vient à manquer dans le monde. Chacun prend de plus en plus conscience de la valeur d’un terrain ou d’un territoire non construit. En Allemagne par exemple [l’architecte a vécu à Stuttgart plusieurs années], on s’évertue à densifier le bâti existant, à modifier les critères des espaces constructibles, à requalifier les autres et à penser des maisons de plus petites dimensions. Comprenez : à favoriser la densification des villes plutôt que leur expansion. »

Par Edra arquitectura Km0Trouvez plus de réalisations de façades de maisons

4. Retour à la tradition et au savoir-faire local

Si les matériaux et technologies industriels évoluent, on constate parallèlement un retour aux techniques de construction inspirées des savoir-faire locaux et exploitant les ressources de la région. « Dans les restaurants, on parle du kilomètre zéro : les chefs se fournissent en direct chez les producteurs dans un rayon de moins de 100 km. Les architectes se sont approprié l’idée. Aujourd’hui, il est impensable de proposer un projet qui fermerait les yeux sur l’origine des matériaux et le futur écologique du terrain à moyen et long terme », témoigne Gonzalo Pardo.

Par arnouva elanándezDécouvrez plus de réalisations de façades de maisons

 Ce retour à la tradition et aux savoir-faire locaux s’explique notamment par le contexte de crise économique », précise Manuela Fernández Langenegger. « Mais c’est aussi une réaction à la mondialisation. »

5. Une architecture inclusive

L’architecture se doit d’avoir une fonction sociale, de s’adapter aux besoins de tous. « Parmi la jeune garde, on constate une réelle prise en compte des difficultés que rencontrent les personnes âgées. Plus largement, les questions de mobilité réduite, de perte de vision ou de solitude sont autant de sujets de travail pour les architectes », poursuit Gonzalo Pardo.

lavenir-de-larchitecture-tendances-et-defis

Réalisation par Green HammerDécouvrez plus de photos de terrasses

L’architecture inclusive va au-delà de l’accessibilité pour tous et de l’élimination des barrières physiques. Il s’agit en effet de concevoir des environnements adaptés, accueillants, épousant les besoins et limites de l’individu. En ce sens, on imagine des espaces différents pour les adultes, les seniors, les mères, les pères, les bébés, les personnes avec un ou plusieurs handicaps, mais aussi des lieux de vie qui favorisent les interactions.

lavenir-de-larchitecture-tendances-et-defis

Par gon architectsTrouvez plus de photos de cuisines

6. L’architecture émotionnelle et la priorité à la qualité

Le nouveau luxe en architecture sera celui de la qualité de l’espace plutôt que du nombre de mètres carrés. Le prix de l’immobilier grimpe un peu partout dans le monde et la population ne cesse de croître dans les grandes villes : l’architecture résidentielle doit proposer des solutions de logements à plus petite échelle et pour plus petits budgets. « Le luxe était jusque-là lié à l’aspect matériel de l’architecture. On s’en éloigne aujourd’hui pour s’intéresser à ce qui donne de l’âme, ce qui joue sur l’espace, est flexible et perfectible », observe Gonzalo Pardo.

Réalisation par Batiik StudioRecherchez plus de photos de salles à manger

Le mode de vies des jeunes générations, articulé autour des notions de multifonctionnalité et d’expérience, va inciter l’architecture à penser polyvalence et modularité dans des espaces ouverts. Un petit logement peut ainsi jouer dans la cour des grands en matière de confort et de fonctionnalité.

lavenir-de-larchitecture-tendances-et-defis

Par ECOVEGETALRecherchez plus de photos de maisons

7. L’espace public pour tous

La ville du XXe siècle a été bâtie autour du véhicule personnel. Le XXIe voit naître un désir de réappropriation de l’espace public. « On le constate dans la politique de transports de nombreuses villes », confirme Gonzalo Pardo. « La voiture n’a plus droit de cité : l’espace public redevient celui du piéton. »

« Les évolutions culturelles, sociales et technologiques, ainsi que les avancées en matière d’infrastructures et de transports, nous invitent à repenser le modèle sur lequel les villes se sont développées. Il nous faut proposer de nouvelles réponses, issues d’une analyse pragmatique et fuyant les idées préconçues », avance Guillermo López, architecte cofondateur du cabinet MAIO.

lavenir-de-larchitecture-tendances-et-defis

Par Kimberley BryanRecherchez plus de photos de jardins

« La plupart des bâtiments construits aujourd’hui intègrent des espaces communs et services collectifs comme des cuisines, des garderies, des buanderies… », poursuit-il. « On cherche à encourager les relations entre voisins, la communication, le lien social. L’espace utile à tous. »

L’architecture a donc pour défi et mission de (re)créer les espaces urbains comme des lieux de coexistence et de loisir, où chacun puisse marcher, jouer ou simplement profiter du grand air.

ET VOUS ?
Que pensez-vous des nouveaux défis de l’architecture ?

source:https://www.houzz.fr/magazine/

Laisser un commentaire